Mot de la présidente Kimberly Strong : l’occasion de revenir

– Par Kimberly Strong, Présidente de la SCMO et directrice du département de physique de l’Université de Toronto –

Tandis que 2019 se termine et que nous accueillons 2020, nous avons l’occasion de revenir sur les événements de l’an passé et de décider de la voie à suivre cette année. Notamment en ce qui concerne les changements climatiques, qui ont été au centre de l’actualité l’an passé. Le progrès des mesures visant le climat a été au cours de l’année d’une lenteur frustrante pour beaucoup, notamment en raison du désaccord survenu en décembre à Madrid lors de la conférence COP25,

Continue reading

Les dix événements météorologiques les plus marquants au Canada en 2019

Par David Phillips, Environnement et Changement climatique Canada (source: https://www.canada.ca/fr/environnement-changement-climatique/services/dix-evenements-meteorologiques-plus-marquants/2019.html) –

Les Canadiens subissent de plus en plus de conditions météorologiques exceptionnelles, allant de vagues de chaleur intenses et longues, à des épisodes de fumée suffocante et de brume sèche causés par des feux de forêt, en passant par des inondations extrêmes. Les scientifiques canadiens ont établi un lien explicite entre les changements climatiques

Continue reading

Mot de la rédactrice : un adieu chaleureux

– Par Sarah Knight, rédactrice en chef du Bulletin de la SCMO –

Tandis que l’année 2019 tire à sa fin, il en va de même de mon mandat de rédactrice en chef du Bulletin de la SCMO. Trois ans et demi après mes débuts, une autre destination m’appelle. C’est toutefois avec une gratitude inouïe pour tout ce que j’ai pu accomplir au sein de la SCMO que je tire ma révérence afin

Continue reading

MOPITT mesure la pollution dans la troposphère depuis 20 ans

– Par Prof. James R. Drummond, FRSC, Département de physique et des sciences de l’atmosphère, Université Dalhousie –

Le projet MOPITT (Mesures de la pollution dans la troposphère) existe depuis plus de 30 ans et, le 18 décembre 2019, nous célébrons le 20e anniversaire du lancement de l’instrument satellitaire MOPITT. Pourquoi MOPITT est-il important?

  • MOPITT mesure le monoxyde de carbone (CO) dans la troposphère (c’est-à-dire la région depuis le sol jusqu’à environ 15 km). Soulignons qu’il s’agit de monoxyde de carbone et non de dioxyde de carbone.

Continue reading

Prévision saisonnière pour l’hiver 2019-2020 (DJF) basée sur la prévision officielle de SPISCan, émise le 30 nov.2019

– Par M. Markovic, B. Merryfield, M. Alarie, Environnement et Changement climatique Canada –

Les probabilités les plus élevées pour ces conditions sont attendues dans la majorité de l’Ontario, plusieurs régions du Québec à l’exception de l’est, et les Maritimes. Faible probabilité de précipitations supérieures à la normale sur l’extrême sud de l’Ontario et de la C.-B.

Continue reading

Déclaration de consensus du Centre climatologique régional de l’Arctique : Température

– Par Gabrielle Gascon1, Katherine Wilson1, Marko Markovic1*, Adrienne Tivy1, Bill Appleby1, Vasily Smolyanitsky2, Valentina Khan3, Helge Tangen4, Eivind Stoylen4, Lene Ostvand4, Johanna Ekman5, Arun Kumar6 and Shanna Combley6

Résumé saisonnier estival 2019 pour l’Arctique et aperçu saisonnier 2019-2020 des températures hivernales pour l’Arctique

Les températures de l’Arctique continuent de se réchauffer à une vitesse supérieure à deux fois la moyenne mondiale. Au cours des quatre dernières années (2014-2018), les températures annuelles de l’air en surface dans l’Arctique ont été les plus élevées jamais enregistrées depuis 1900

Continue reading

Revitalisation du programme de baccalauréat en sciences de l’atmosphère de l’UQAM

– Par René Laprise and Julie Mireille Theriault –

Département des sciences de la Terre et de l’atmosphère, Université du Québec à Montréal (UQAM), laprise.rene@uqam.ca, theriault.julie@uqam.ca

Le nombre d’inscriptions aux programmes de sciences de l’atmosphère s’avère plutôt faible dans les universités canadiennes. La situation à l’UQAM ne fait pas exception. La rentabilité insuffisante de ces programmes menace la viabilité à long terme de la formation de spécialistes dans les domaines liés à l’atmosphère

Continue reading

Mot de la présidente Kimberly Strong : Communication, Partenariat et Changement

– Par Kimberly Strong, Présidente de la SCMO et directrice du département de physique de l’Université de Toronto –

En cette période de l’année, bien que nous profitions encore des belles couleurs de l’automne et que nous attendions l’hiver de pied ferme, les membres de la SCMO pensent aussi au printemps, tandis que nous planifions notre congrès annuel. Le 54e Congrès de la SCMO se tiendra à Ottawa du 24 au 28 mai 2020 et portera sur le thème « Bâtir une résilience sociétale face à l’évolution du temps, du climat, des océans et de l’environnement ».

Continue reading

Initiative sur les « événements détectés par radar »

-Par Phil Chadwick, Artiste et Météorologue –

La ténacité a ses avantages, surtout si elle est bien intentionnée : Analyse objective des services météorologiques que fournit Environnement Canada. Ce qui suit a été rédigé en 2004 afin de soulever certaines lacunes perçues. La qualité et la quantité des radars augmentaient et beaucoup d’applications essentielles pour cette information en plein essor se révélaient. En voici quelques-unes. D’autres restent dans la file d’attente, prêtes à être mises en œuvre. Quinze années plus tard, je n’abandonne toujours pas. Une nouvelle génération de radars en bande S est en cours de déploiement partout au Canada.

Continue reading

Pour les numéros précédents allez à la page Archives sur le site principal.

© 2017 Société canadienne de météorologie et d’océanographie

Designed & powered by Creative Carbon