Prévisions saisonnières de l’hiver arctique 2020-2021: Glace de mer

– Par des contribueurs de l’Environnement et Changement climatique Canada, l’Université du Québec à Montréal, l’Institut de l’Arctique et de l’Antarctique, l’Institut météorologique norvégien, l’Institut météorologique finlandais, l’Organisation météorologique mondiale, , le Centre de prévision du climat de l’Agence américaine d’observation océanique et atmosphérique, et le Centre de recherche international de l’arctique. –

.

Déclaration de consensus du Forum sur le climat de l’Arctique

Continue reading

Le défi d’assurer la survie du saumon rouge du fleuve Fraser dans un contexte de réchauffement planétaire

– Par David Levy –

Cet article est d’abord paru dans le journal The Province le 13 septembre 2020.

Opinion : Le ministère des Pêches a fait la bonne chose cette année en décrétant la fermeture de la pêche au saumon rouge du Fraser.

Le retour d’à peine 283 000 saumons rouges du fleuve Fraser en 2020, le nombre le plus faible jamais enregistré, a encore une fois soulevé des préoccupations envers cette espèce de saumon emblématique, entraînant un débat sur les causes de son effondrement et reconnaissant le besoin essentiel de se doter de stratégies de conservation efficaces.

Continue reading

En mémoire de Louis Fortier 2020

C’est avec une immense tristesse que nous annonçons le décès du Dr Louis Fortier à Québec, le 4 octobre dernier à l’âge de 66 ans, à la suite d’un courageux combat contre la leucémie. Il était le fils de Pierre Fortier (1923-2012) et de Louise Roy (1925-1989).

Continue reading

Perspectives climatiques saisonnières d’été pour les températures et la précipitation dans l’Arctique 2020

– Par des contributeurs d’Environnement et Changement climatique Canada, the Arctic and Antarctic Research Institute, the Hydrometeorological Centre of Russia, The Norwegian Meteorological Institute, Finnish Meteorological Institute, World Meteorological Organization, Climate Prediction Center, et National Oceanic and Atmospheric Administration –

CONTEXTE

Le rythme d’augmentation des températures dans l’Arctique est plus de deux fois supérieur à la moyenne mondiale. Depuis les quatre dernières années (2016 à 2019), les températures annuelles de l’air à la surface dans l’Arctique (60°–85°N) ont été les plus chaudes de la série chronologique d’observations pour la période de 1936 à 2019.

Continue reading

Prévisions saisonnières estivales 2020 de la glace de mer arctique

– Par des contributeurs de l’Environnement et Changement climatique Canada, l’Université du Québec at Montréal, l’Institut de l’Arctique et l’Antarctique, le Centre hydrométéorologique de Russie, l’Institut météorologique norvégien, l’Institut météorologique finlandais, l’Organisation météorologique mondiale, le Centre de prévision du climat, et l’Agence américaine d’observation océanique et atmosphérique –

Déclaration de consensus du Forum sur le climat de l’Arctique (suite)

Faits saillants

L’état des glaces inférieur à la normale à près de la normale pendant l’hiver 2019-2020 partout en Arctique est le résultat, entre autres, de températures de l’air en surface supérieures à la normale au-dessus de l’Eurasie et de l’océan Arctique.

Continue reading

Variables micrométéorologiques et modélisation de la dispersion atmospherique dans deux regions climatiques au Québec

– By Richard Leduc, Ph.D., AirMet Science Inc., and Jean-François Brière, Ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques

Le modèle de dispersion AERMOD de l’US-EPA (2019a) est largement utilisé pour évaluer la concentration des contaminants dans l’air ambiant suite aux émissions d’une source. À cette fin, le modèle AERMOD requiert des variables micrométéorologiques caractérisant la turbulence (u*, w*, L, zic, zim); elles sont calculées par le module AERMET et obtenues à l’aide de données locales de surface (vent, température et opacité de la couverture nuageuse) et en altitude;

Continue reading

Vancouver skyline showing the tower and traffic lights with mountains in the background

La pollution de l’air au temps de la COVID-19

– Par D. G. Steyn, Département des sciences de la Terre, de la mer et de l’atmosphère, Université de la Colombie-Britannique, Vancouver (C.-B.) et Kyle Howe, Qualité de l’air et changements climatiques, District régional du Grand Vancouver, Burnaby (C.-B.) –

La pandémie de la COVID-19 perturbe de nombreux aspects de la société, et ce, aux échelles mondiale, nationale et locale. L’effet le plus direct s’avère l’augmentation tragique de la morbidité et de la mortalité humaine que cause la maladie. En outre, la réduction des déplacements de la population qu’impose la loi afin de ralentir la propagation du virus a placé les économies « sous respirateur ».

Continue reading

Mot de la présidente Kimberly Strong : Résilience et possibilité en ces temps troublés

– Par Kimberly Strong, Présidente de la SCMO et directrice du département de physique de l’Université de Toronto–

Amis et collègues de la SCMO,

Tandis que nous préparons ce numéro du Bulletin de la SCMO, le Canada tout comme le monde entier est aux prises avec les perturbations majeures que cause la pandémie de la COVID-19. La résilience dont les Canadiens ont fait preuve tout l’hiver sera plus que jamais nécessaire pour contrer ce fléau. Je pense notamment aux Terre-Neuviens qui ont affronté, avec humour et esprit de communauté, de multiples tempêtes de neige, notamment l’énorme blizzard de la mi-janvier, qui a laissé plus de 90 cm de neige sur la région de St. John’s.

Continue reading

aerial view of tundra snow cover with some trees

L’observation de la neige à partir du ciel : avancées dans la cartographie de la neige de la toundra à l’aide de drones

– Par Branden Walker et Philip Marsh, Cold Regions Research Centre, Université Wilfrid Laurier, Waterloo, Ontario –

La neige n’est pas uniformément répartie sur la toundra arctique. Les vents forts de l’hiver et la végétation basse facilitent l’érosion, le transport et le dépôt de la neige partout sur cette étendue ouverte, et ainsi entraînent une répartition inégale de l’épaisseur, de la densité et de l’équivalent en eau de la neige. Il est de la plus haute importance de comprendre la répartition de la neige dans ce milieu, car les quantités hivernales de neige dans ces régions nordiques couvrent souvent le sol durant 8 à 9 mois, représentent plus de la moitié des précipitations annuelles et s’avèrent le facteur dominant du système hydrologique.

Continue reading

Pour les numéros précédents allez à la page Archives sur le site principal.

© 2017 Société canadienne de météorologie et d’océanographie

Designed & powered by Creative Carbon