Surveillance du changement climatique avec le soutien des communautés locales dans les Territoires du Nord-Ouest

– Par Andy Vicente-Luis, Emma Riley, Elyn Humphreys, Philip Marsh, William Quinton, Oliver Sonnentag –

Les régions arctiques-boréales se réchauffent rapidement, avec des hausses des températures de l’air en surface plus de deux fois supérieures à la moyenne mondiale (Meredith et coll., 2019). Ce réchauffement entraîne des effets en cascade sur les écosystèmes arctiques, notamment la perte de la couverture neigeuse saisonnière (Derksen & Brown, 2012), la fonte des glaciers et des calottes glaciaires (Noël et coll., 2018; Onarheim et coll., 2018), la modification des régimes hydrologiques (Beel et coll., 2021), les changements dans la dynamique de la végétation (Kolk et coll., 2016) et le dégel du pergélisol (Jorgenson et coll., 2006; Schuur et coll., 2008). Le pergélisol dans les paysages arctiques (McGuire et coll., 2009; Tarnocai et coll., 2009) et boréaux du Canada (Walker et coll., 2019; Moore et coll., 2003) constitue l’une des plus grandes réserves de carbone organique du sol au monde. Une fois dégelé, le carbone organique du sol précédemment gelé devient disponible pour la décomposition, libérant dans l’atmosphère des gaz à effet de serre puissants tels que le dioxyde de carbone et le méthane (Schuur et al., 2015). La plupart des modèles climatiques ne tiennent pas compte des émissions de gaz à effet de serre potentiellement libérées dans l’atmosphère par le dégel du pergélisol, omettant ainsi une grande partie du cycle mondial du carbone. En raison de la variabilité des échanges de gaz à effet de serre dans la région arctique-boréale canadienne, on ne sait toujours pas si ces vastes paysages renforceront ou atténueront les effets du changement climatique à l’avenir (Schuur et coll., 2015).

Continue reading

Prévisions saisonnières de l’hiver arctique 2020-2021: Température et Précipitations

– Par des contribueurs de l’Environnement et Changement climatique Canada, l’Université du Québec à Montréal, l’Institut de l’Arctique et de l’Antarctique, l’Institut météorologique norvégien, l’Institut météorologique finlandais, l’Organisation météorologique mondiale, , le Centre de prévision du climat de l’Agence américaine d’observation océanique et atmosphérique, et le Centre de recherche international de l’arctique. –

.

Déclaration de consensus du Forum sur le climat de l’Arctique (suite)

Continue reading

Prévisions saisonnières de l’hiver arctique 2020-2021: Glace de mer

– Par des contribueurs de l’Environnement et Changement climatique Canada, l’Université du Québec à Montréal, l’Institut de l’Arctique et de l’Antarctique, l’Institut météorologique norvégien, l’Institut météorologique finlandais, l’Organisation météorologique mondiale, , le Centre de prévision du climat de l’Agence américaine d’observation océanique et atmosphérique, et le Centre de recherche international de l’arctique. –

.

Déclaration de consensus du Forum sur le climat de l’Arctique

Continue reading

En mémoire de Louis Fortier 2020

C’est avec une immense tristesse que nous annonçons le décès du Dr Louis Fortier à Québec, le 4 octobre dernier à l’âge de 66 ans, à la suite d’un courageux combat contre la leucémie. Il était le fils de Pierre Fortier (1923-2012) et de Louise Roy (1925-1989).

Continue reading

Perspectives climatiques saisonnières d’été pour les températures et la précipitation dans l’Arctique 2020

– Par des contributeurs d’Environnement et Changement climatique Canada, the Arctic and Antarctic Research Institute, the Hydrometeorological Centre of Russia, The Norwegian Meteorological Institute, Finnish Meteorological Institute, World Meteorological Organization, Climate Prediction Center, et National Oceanic and Atmospheric Administration –

CONTEXTE

Le rythme d’augmentation des températures dans l’Arctique est plus de deux fois supérieur à la moyenne mondiale. Depuis les quatre dernières années (2016 à 2019), les températures annuelles de l’air à la surface dans l’Arctique (60°–85°N) ont été les plus chaudes de la série chronologique d’observations pour la période de 1936 à 2019.

Continue reading

Prévisions saisonnières estivales 2020 de la glace de mer arctique

– Par des contributeurs de l’Environnement et Changement climatique Canada, l’Université du Québec at Montréal, l’Institut de l’Arctique et l’Antarctique, le Centre hydrométéorologique de Russie, l’Institut météorologique norvégien, l’Institut météorologique finlandais, l’Organisation météorologique mondiale, le Centre de prévision du climat, et l’Agence américaine d’observation océanique et atmosphérique –

Déclaration de consensus du Forum sur le climat de l’Arctique (suite)

Faits saillants

L’état des glaces inférieur à la normale à près de la normale pendant l’hiver 2019-2020 partout en Arctique est le résultat, entre autres, de températures de l’air en surface supérieures à la normale au-dessus de l’Eurasie et de l’océan Arctique.

Continue reading

Man on research vessel directing machinery overhead

L’infrastructure modulaire de recherche océanique :
une stratégie polyvalente, adaptable et abordable
d’étude de la mer au Canada et dans le monde

– Par Doug Wallace (directeur scientifique, MEOPAR) et Doug Bancroft (président et PDG, Canadian Scientific Submersible Facility)–

Les navires de recherche restent une infrastructure essentielle sous-tendant de nombreux types d’études liées à l’océan. Les robots et les véhicules autonomes servent de plus en plus de mode de surveillance et appuient parfois la recherche axée sur les processus lorsque les capteurs adéquats existent. Cependant, il survient un nombre croissant de questions liées aux ressources océaniques et des fonds marins, ainsi qu’aux processus physiques, chimiques, biologiques et atmosphériques complexes, à la base des changements climatiques et de la biodiversité.

Continue reading

aerial view of tundra snow cover with some trees

L’observation de la neige à partir du ciel : avancées dans la cartographie de la neige de la toundra à l’aide de drones

– Par Branden Walker et Philip Marsh, Cold Regions Research Centre, Université Wilfrid Laurier, Waterloo, Ontario –

La neige n’est pas uniformément répartie sur la toundra arctique. Les vents forts de l’hiver et la végétation basse facilitent l’érosion, le transport et le dépôt de la neige partout sur cette étendue ouverte, et ainsi entraînent une répartition inégale de l’épaisseur, de la densité et de l’équivalent en eau de la neige. Il est de la plus haute importance de comprendre la répartition de la neige dans ce milieu, car les quantités hivernales de neige dans ces régions nordiques couvrent souvent le sol durant 8 à 9 mois, représentent plus de la moitié des précipitations annuelles et s’avèrent le facteur dominant du système hydrologique.

Continue reading

Déclaration de consensus du Centre climatologique régional de l’Arctique : Température

– Par Gabrielle Gascon1, Katherine Wilson1, Marko Markovic1*, Adrienne Tivy1, Bill Appleby1, Vasily Smolyanitsky2, Valentina Khan3, Helge Tangen4, Eivind Stoylen4, Lene Ostvand4, Johanna Ekman5, Arun Kumar6 and Shanna Combley6

Résumé saisonnier estival 2019 pour l’Arctique et aperçu saisonnier 2019-2020 des températures hivernales pour l’Arctique

Les températures de l’Arctique continuent de se réchauffer à une vitesse supérieure à deux fois la moyenne mondiale. Au cours des quatre dernières années (2014-2018), les températures annuelles de l’air en surface dans l’Arctique ont été les plus élevées jamais enregistrées depuis 1900

Continue reading

Pour les numéros précédents allez à la page Archives sur le site principal.

© 2017 Société canadienne de météorologie et d’océanographie

Designed & powered by Creative Carbon