Author: CMOS Bulletin SCMO

Nomenclature proposée pour les colonnes de feu tourbillonnantes

Par Patrick McCarthy et Leanne Cormier


Traditionnellement, les services de lutte d’incendies de forêt utilisaient le terme « tornade de feu » pour décrire les colonnes de feu de toute taille. Cormier (2013) résume l’étymologie du terme anglais firewhirl (tourbillon de feu) et mentionne certaines variantes comme fire devil (feu du diable), fire whirlwind (avec ou sans trait d’union) (vent d’incendie) et fire swirl (tornade enflammée).

Continue reading

En mémoire de Louis Fortier 2020

C’est avec une immense tristesse que nous annonçons le décès du Dr Louis Fortier à Québec, le 4 octobre dernier à l’âge de 66 ans, à la suite d’un courageux combat contre la leucémie. Il était le fils de Pierre Fortier (1923-2012) et de Louise Roy (1925-1989).

Continue reading

La Société royale du Canada (SRC) ont élu les nouveaux membres de cette année

La Société royale du Canada (SRC) et ses membres ont élu les nouveaux membres de cette année, et ont désigné la promotion entrante du Collège de nouveaux chercheurs et créateurs en art et en science.

Quatre-vingt-sept ont été élus par leurs pairs au sein des académies des arts, des lettres et des sciences humaines, des sciences sociales et des sciences pour leurs réalisations académiques, scientifiques et artistiques remarquables. La reconnaissance par la Société royale du Canada constitue le plus grand honneur qui puisse être accordé à un individu travaillant dans les domaines des arts, des sciences sociales et des sciences.

Continue reading

Perspectives climatiques saisonnières d’été pour les températures et la précipitation dans l’Arctique 2020

– Par des contributeurs d’Environnement et Changement climatique Canada, the Arctic and Antarctic Research Institute, the Hydrometeorological Centre of Russia, The Norwegian Meteorological Institute, Finnish Meteorological Institute, World Meteorological Organization, Climate Prediction Center, et National Oceanic and Atmospheric Administration –

CONTEXTE

Le rythme d’augmentation des températures dans l’Arctique est plus de deux fois supérieur à la moyenne mondiale. Depuis les quatre dernières années (2016 à 2019), les températures annuelles de l’air à la surface dans l’Arctique (60°–85°N) ont été les plus chaudes de la série chronologique d’observations pour la période de 1936 à 2019.

Continue reading

Note concernant les prévisions de chutes de neige du radar d’ECCC et les données radar

Par Diar Hassan (Wood PLC, Ottawa ON), George Isaac (Weather Impacts Consulting Inc., Barrie ON), Peter Taylor (York University, Toronto ON), Daniel Michelson (Environnement et Changement climatique Canada – ECCC), et Norman Donaldson (ECCC).

C’est un fait qu’il neige souvent à Terre-Neuve-et-Labrador, mais le 17 janvier 2020, la situation a été un peu extrême (figure 1). Les rapports METAR de l’aéroport de St John’s, CYYT, révélaient une chute de neige de 35 cm entre 1200 et 1800 UTC et une accumulation additionnelle de 19 cm dans les six heures suivantes. Ces mesures de l’épaisseur de neige concordent avec de nombreuses autres dans la région.

Continue reading

Prévisions saisonnières estivales 2020 de la glace de mer arctique

– Par des contributeurs de l’Environnement et Changement climatique Canada, l’Université du Québec at Montréal, l’Institut de l’Arctique et l’Antarctique, le Centre hydrométéorologique de Russie, l’Institut météorologique norvégien, l’Institut météorologique finlandais, l’Organisation météorologique mondiale, le Centre de prévision du climat, et l’Agence américaine d’observation océanique et atmosphérique –

Déclaration de consensus du Forum sur le climat de l’Arctique (suite)

Faits saillants

L’état des glaces inférieur à la normale à près de la normale pendant l’hiver 2019-2020 partout en Arctique est le résultat, entre autres, de températures de l’air en surface supérieures à la normale au-dessus de l’Eurasie et de l’océan Arctique.

Continue reading

Variables micrométéorologiques et modélisation de la dispersion atmospherique dans deux regions climatiques au Québec

– By Richard Leduc, Ph.D., AirMet Science Inc., and Jean-François Brière, Ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques

Le modèle de dispersion AERMOD de l’US-EPA (2019a) est largement utilisé pour évaluer la concentration des contaminants dans l’air ambiant suite aux émissions d’une source. À cette fin, le modèle AERMOD requiert des variables micrométéorologiques caractérisant la turbulence (u*, w*, L, zic, zim); elles sont calculées par le module AERMET et obtenues à l’aide de données locales de surface (vent, température et opacité de la couverture nuageuse) et en altitude;

Continue reading

Le cas de la température la plus basse jamais enregistrée en Ontario

– Par Bryan Smith –

Quelle est la précision des données météorologiques du Canada? Le cas de la température la plus basse jamais enregistrée en Ontario laisse planer des doutes.

Les Canadiens peuvent consulter gratuitement l’une des plus importantes bases de données climatiques dans le monde, les données remontant aussi loin que 1840.

Continue reading

© 2017 Société canadienne de météorologie et d’océanographie

Designed & powered by Creative Carbon