Author: CMOS Bulletin SCMO

Changements océaniques futurs : Que peuvent nous apprendre les modèles d’écosystèmes?

– Par Andrea Bryndum-Buchholz –

Le changement climatique a une incidence sur tous les aspects de la vie dans le monde. Les océans se réchauffent et s’acidifient, entraînant une cascade de conséquences pour la vie marine — mortalité accrue, réduction de la calcification et modification de la répartition des espèces ne sont que quelques-uns des changements majeurs déjà observés.

Continue reading

Réfrigérants à immersion : Un nouveau processus potentiel de transport du sel sous la glace de lac

– Par Jason Olsthoorn  –

Plus nous regardons sous la glace de lac, plus nous trouvons des choses inattendues. De récentes campagnes de terrain ont révélé que les niveaux de photoplancton sous la glace de lac peuvent être presque aussi élevés que leurs valeurs maximales en été! De même, la lumière du soleil qui pénètre à travers la glace et la neige peut provoquer des panaches thermiques qui se mélangent jusqu’au fond des lacs, même les plus grands. Quels autres processus inattendus se produisent sous la glace en hiver?

Continue reading

Communauté de pratique de la Décennie de l’océan

– By Jia Yi Fan–

La Décennie des Nations Unies des sciences océaniques au service du développement durable (appelée Décennie de l’océan) est un effort visant à catalyser l’action et l’innovation afin de parvenir à « la science dont nous avons besoin pour l’océan que nous voulons ». Le Marine Environmental Observation, Prediction and Response Network (MEOPAR) a répondu à ce besoin au début de l’année 2021 en travaillant avec des partenaires pour mobiliser une communauté de pratique vouée à soutenir l’action canadienne dans le cadre de la Décennie de l’océan, en commençant par mettre l’accent sur l’amélioration de l’accès à l’information et la stimulation de la collaboration.

Continue reading

Récapitulation : Stage de pratique de terrain PRODIGY sur l’île Quadra

– Par Isabelle Lao  –

En mai 2022, d’éminents professeurs de l’Université de Colombie-Britannique (UBC), de Victoria (UVic) et de Waterloo (UWaterloo) ont organisé un stage de pratique de terrain d’une semaine à l’Observatoire écologique côtier de Hakai, sur l’île Quadra, dans le cadre des stages de pratique de terrain Pacific Rim Ocean Data Mobilization and Technology (PRODIGY).

Continue reading

Exploration précoce de la stratosphère des hautes latitudes – Partie II : Découverte du courant-jet de la nuit polaire

– Par Kevin Hamilton–

Comme le montre la première partie, au milieu des années 1930, la climatologie de base de la température stratosphérique jusqu’à ~30 km était comprise. Dans la basse stratosphère, on a constaté un fort cycle saisonnier de la température aux hautes latitudes, notamment avec un pôle d’hiver froid compatible avec un cisaillement vertical moyen d’ouest et un vortex d’ouest circumpolaire.

Continue reading

Premières explorations de la stratosphère aux hautes latitudes – Partie I : Époque précédant la Seconde Guerre mondiale

– Par Kevin Hamilton–

En 1960, le professeur Ken Hare, de l’Université McGill, a rédigé un article remarquable qui passait en revue les recherches récentes et en cours dans le domaine de la météorologie stratosphérique. Dans son article, le professeur Hare utilise des exemples de cartes synoptiques sur l’Amérique du Nord (y compris l’Arctique canadien) pour illustrer les caractéristiques de base de la circulation dans la basse et moyenne stratosphère.

Continue reading

Aperçu du travail de terrain effectué sur l’aérosol de poussière minérale de haute latitude dans la vallée d’Ä’äy Chù dans le parc national de Kluane, au Yukon

– Par Arnold Downey –

L’aérosol de poussière minérale (APM) est connu pour avoir une influence importante sur plusieurs sujets environnementaux. Comme tous les aérosols, l’APM joue un rôle dans l’équilibre radiatif de l’atmosphère, car ils diffusent et absorbent le rayonnement solaire et terrestre. Il a aussi un effet secondaire sur le forçage radiatif, car il agit comme noyau de condensation des nuages et de glace.

Continue reading

La stratification thermique des lacs détermine l’emplacement des poissons, mais modifie aussi la capacité de la télémétrie acoustique à les détecter.

– Par Mathew Wells, Yulong Kuai, and Yulu Shi –

L’utilisation de l’habitat des poissons dans les grands lacs et dans l’océan côtier est en partie déterminée par la stratification thermique, les poissons choisissant des régions qui correspondent à leurs préférences thermiques. La stratification de la densité sous-entendue par une stratification d’eau chaude au-dessus d’eau froide contrôle également les profils d’oxygène dissous et la localisation du plancton et des espèces proie, qui déterminent aussi l’utilisation de l’habitat par les poissons. Cependant, cette stratification n’est pas stable, et la thermocline d’un grand lac est toujours en mouvement constant en raison du forçage du vent. Cela signifie que les poissons doivent également ajuster constamment la profondeur pour rester dans leurs préférences thermiques. Les scientifiques emploient une série de technologies de détection acoustique pour surveiller l’utilisation de l’habitat par les poissons.

Continue reading

Surveillance du changement climatique avec le soutien des communautés locales dans les Territoires du Nord-Ouest

– Par Andy Vicente-Luis, Emma Riley, Elyn Humphreys, Philip Marsh, William Quinton, Oliver Sonnentag –

Les régions arctiques-boréales se réchauffent rapidement, avec des hausses des températures de l’air en surface plus de deux fois supérieures à la moyenne mondiale (Meredith et coll., 2019). Ce réchauffement entraîne des effets en cascade sur les écosystèmes arctiques, notamment la perte de la couverture neigeuse saisonnière (Derksen & Brown, 2012), la fonte des glaciers et des calottes glaciaires (Noël et coll., 2018; Onarheim et coll., 2018), la modification des régimes hydrologiques (Beel et coll., 2021), les changements dans la dynamique de la végétation (Kolk et coll., 2016) et le dégel du pergélisol (Jorgenson et coll., 2006; Schuur et coll., 2008). Le pergélisol dans les paysages arctiques (McGuire et coll., 2009; Tarnocai et coll., 2009) et boréaux du Canada (Walker et coll., 2019; Moore et coll., 2003) constitue l’une des plus grandes réserves de carbone organique du sol au monde. Une fois dégelé, le carbone organique du sol précédemment gelé devient disponible pour la décomposition, libérant dans l’atmosphère des gaz à effet de serre puissants tels que le dioxyde de carbone et le méthane (Schuur et al., 2015). La plupart des modèles climatiques ne tiennent pas compte des émissions de gaz à effet de serre potentiellement libérées dans l’atmosphère par le dégel du pergélisol, omettant ainsi une grande partie du cycle mondial du carbone. En raison de la variabilité des échanges de gaz à effet de serre dans la région arctique-boréale canadienne, on ne sait toujours pas si ces vastes paysages renforceront ou atténueront les effets du changement climatique à l’avenir (Schuur et coll., 2015).

Continue reading

© 2017 Société canadienne de météorologie et d’océanographie

Designed & powered by Creative Carbon