Vancouver skyline showing the tower and traffic lights with mountains in the background

La pollution de l’air au temps de la COVID-19

– Par D. G. Steyn, Département des sciences de la Terre, de la mer et de l’atmosphère, Université de la Colombie-Britannique, Vancouver (C.-B.) et Kyle Howe, Qualité de l’air et changements climatiques, District régional du Grand Vancouver, Burnaby (C.-B.) –

La pandémie de la COVID-19 perturbe de nombreux aspects de la société, et ce, aux échelles mondiale, nationale et locale. L’effet le plus direct s’avère l’augmentation tragique de la morbidité et de la mortalité humaine que cause la maladie. En outre, la réduction des déplacements de la population qu’impose la loi afin de ralentir la propagation du virus a placé les économies « sous respirateur ».

Continue reading

Le “blues” du ciel bleu ou les trois degrés dus à la pollution issue d’avions

– Par Phil Chadwick –

Suivant les attaques terroristes du 11 septembre 2001, tout le trafic aérien a été cloué au sol pendant trois ou quatre jours en Amérique du Nord. Quelques météorologues curieux ont étudié l’impact de cette interdiction de vol. Ils ont découvert que le ciel était beaucoup plus clair et que les températures réagissaient en conséquence.

Continue reading

open pit mining at night with heavy equipment trucks and lights.

Vers la quantification des émissions fugitives
de gaz à effet de serre issues de mines à ciel ouvert

– Amir Nazem, Md. Rafsan Nahian, Ryan Byerlay, Manoj K. Nambiar et Amir A. Aliabadi –

Les techniques conventionnelles de quantification d’émissions fugitives de gaz à effet de serre (GES) d’une mine à ciel ouvert présentent de sérieux inconvénients. La méthode ascendante se fonde sur des estimations provenant d’inventaires, pour lesquels les émissions de diverses sources stationnaires d’une installation minière sont combinées. Cette méthode n’inclut ni les mesures atmosphériques de GES ni les conditions météorologiques.

Continue reading

MOPITT mesure la pollution dans la troposphère depuis 20 ans

– Par Prof. James R. Drummond, FRSC, Département de physique et des sciences de l’atmosphère, Université Dalhousie –

Le projet MOPITT (Mesures de la pollution dans la troposphère) existe depuis plus de 30 ans et, le 18 décembre 2019, nous célébrons le 20e anniversaire du lancement de l’instrument satellitaire MOPITT. Pourquoi MOPITT est-il important?

  • MOPITT mesure le monoxyde de carbone (CO) dans la troposphère (c’est-à-dire la région depuis le sol jusqu’à environ 15 km). Soulignons qu’il s’agit de monoxyde de carbone et non de dioxyde de carbone.

Continue reading

Revitalisation du programme de baccalauréat en sciences de l’atmosphère de l’UQAM

– Par René Laprise and Julie Mireille Theriault –

Département des sciences de la Terre et de l’atmosphère, Université du Québec à Montréal (UQAM), laprise.rene@uqam.ca, theriault.julie@uqam.ca

Le nombre d’inscriptions aux programmes de sciences de l’atmosphère s’avère plutôt faible dans les universités canadiennes. La situation à l’UQAM ne fait pas exception. La rentabilité insuffisante de ces programmes menace la viabilité à long terme de la formation de spécialistes dans les domaines liés à l’atmosphère

Continue reading

Comparaison des prévisions et des observations de vent au lac-St-Charles, Québec. Résultats de 2018

– Par Richard Leduc, AirMet Science Inc –

Dans un récent Bulletin de la SCMO (vol. 46, no. 4), on a présenté les résultats de la comparaison entre les prévisions de vent issues du système à haute résolution de prévision déterministe (SHRPD, 2.5 km, sous-domaine EST) qui ont servies d’intrants au modèle diagnostique CALMET et les observations de la tour météorologique du Lac St-Charles pour 273 jours de 2017.

Continue reading

Haowen Qin, météorologue en herbe et plus jeune membre de la SCMO

– Par Sarah Knight, Rédactrice du Bulletin –

J’ai récemment eu l’occasion d’interviewer Haowen Qin, à la demande du professeur Douw Steyn, qui a servi de mentor à ce jeune homme et qui a vu ce dont la curiosité, l’intelligence et le dynamisme de celui-ci sont capables. À 17 ans, Haowen est un météorologue en herbe incroyablement passionné et bien informé, et le plus jeune membre de la SCMO à ce jour.

Continue reading

Verner Suomi – The life and work of the founder of satellite meteorology

– Revue par Lewis Poulin –

Par John M. Lewis, Published by the American Meteorological Society, paperback, 168 pages, ISBN 9781944970222, $30.00 (USD)

Les 189 pages du livre offrent une lecture facile à ceux qui travaillent dans les domaines de la météorologie, de l’océanographie, de l’assimilation des données, de la prévision numérique du temps, de l’agriculture et de la télédétection en général. Il a été profitable de lire comment d’autres personnes, comme Verner Suomi, ont réglé de façon créative leurs problèmes techniques et scientifiques. Il est également révélateur de voir comment des chefs d’équipe comme V. Suomi ont été de bons leaders.

Continue reading

La SCMO à l’Assemblée générale de l’Union géodésique et géophysique internationale (UGGI), à Montréal, du 9 au 14 juillet 2019

Fondée en 1919, l’Union géodésique et géophysique internationale (UGGI) marque cette année ses 100 ans d’existence, et la SCMO se joint aux célébrations, puisque notre congrès coïncide avec son Assemblée générale à Montréal en juillet.

Voici ce que l’Assemblée de l’UGGI réserve aux membres de la SCMO.

Continue reading

Pour les numéros précédents allez à la page Archives sur le site principal.

© 2017 Société canadienne de météorologie et d’océanographie

Designed & powered by Creative Carbon