La stratification thermique des lacs détermine l’emplacement des poissons, mais modifie aussi la capacité de la télémétrie acoustique à les détecter.

– Par Mathew Wells, Yulong Kuai, and Yulu Shi –

L’utilisation de l’habitat des poissons dans les grands lacs et dans l’océan côtier est en partie déterminée par la stratification thermique, les poissons choisissant des régions qui correspondent à leurs préférences thermiques. La stratification de la densité sous-entendue par une stratification d’eau chaude au-dessus d’eau froide contrôle également les profils d’oxygène dissous et la localisation du plancton et des espèces proie, qui déterminent aussi l’utilisation de l’habitat par les poissons. Cependant, cette stratification n’est pas stable, et la thermocline d’un grand lac est toujours en mouvement constant en raison du forçage du vent. Cela signifie que les poissons doivent également ajuster constamment la profondeur pour rester dans leurs préférences thermiques. Les scientifiques emploient une série de technologies de détection acoustique pour surveiller l’utilisation de l’habitat par les poissons.

Continue reading

Surveillance du changement climatique avec le soutien des communautés locales dans les Territoires du Nord-Ouest

– Par Andy Vicente-Luis, Emma Riley, Elyn Humphreys, Philip Marsh, William Quinton, Oliver Sonnentag –

Les régions arctiques-boréales se réchauffent rapidement, avec des hausses des températures de l’air en surface plus de deux fois supérieures à la moyenne mondiale (Meredith et coll., 2019). Ce réchauffement entraîne des effets en cascade sur les écosystèmes arctiques, notamment la perte de la couverture neigeuse saisonnière (Derksen & Brown, 2012), la fonte des glaciers et des calottes glaciaires (Noël et coll., 2018; Onarheim et coll., 2018), la modification des régimes hydrologiques (Beel et coll., 2021), les changements dans la dynamique de la végétation (Kolk et coll., 2016) et le dégel du pergélisol (Jorgenson et coll., 2006; Schuur et coll., 2008). Le pergélisol dans les paysages arctiques (McGuire et coll., 2009; Tarnocai et coll., 2009) et boréaux du Canada (Walker et coll., 2019; Moore et coll., 2003) constitue l’une des plus grandes réserves de carbone organique du sol au monde. Une fois dégelé, le carbone organique du sol précédemment gelé devient disponible pour la décomposition, libérant dans l’atmosphère des gaz à effet de serre puissants tels que le dioxyde de carbone et le méthane (Schuur et al., 2015). La plupart des modèles climatiques ne tiennent pas compte des émissions de gaz à effet de serre potentiellement libérées dans l’atmosphère par le dégel du pergélisol, omettant ainsi une grande partie du cycle mondial du carbone. En raison de la variabilité des échanges de gaz à effet de serre dans la région arctique-boréale canadienne, on ne sait toujours pas si ces vastes paysages renforceront ou atténueront les effets du changement climatique à l’avenir (Schuur et coll., 2015).

Continue reading

Histoire de CSS/CCGS Hudson (1962-2022)

– Par Donald Gordon-

Après avoir servi avec distinction la communauté océanographique canadienne pendant près de soixante ans, le CSS/NGCC Hudson est mis à la retraite. Son histoire et celle de l’Institut océanographique de Bedford (IOB) sont étroitement liées et, à bien des égards, le Hudson a été un symbole international de la recherche marine au Canada.

Continue reading

Évaluation de la dérive et de la dispersion dans les modèles de l’estuaire du Saint-Laurent

– Par Donovan Allum –

L’estuaire du Saint-Laurent est le plus grand estuaire du monde. Il relie le – bien nommé – fleuve Saint-Laurent au golfe du Saint-Laurent, puis à l’océan Atlantique. Le fleuve commence au lac Ontario, passe par des points de repère importants comme Kingston, Montréal, Trois-Rivières et Québec avant de se jeter dans le golfe du Saint-Laurent près de la péninsule de Gaspé. 

Continue reading

Timothy R. Parsons – Avis de décès

Le professeur Timothy (Tim) R. Parsons (OC, FSRC) est décédé à l’hôpital le 11 avril 2022, entouré de sa famille. Tim était l’un des plus éminents spécialistes des sciences de la mer au Canada et il a reçu de nombreux prix et honneurs nationaux et internationaux.

Continue reading

La troposphère s’étend en raison du changement climatique anthropique

– Par Lane Liu

La tropopause est une transition entre la troposphère et la stratosphère qui la surplombe. La température de l’air baisse avec l’altitude de la surface à la tropopause parce que la surface est une source de chaleur, tandis qu’au-dessus de la tropopause, la température de l’air augmente avec l’altitude parce que la couche d’ozone dans la stratosphère moyenne est une deuxième source de chaleur. Autrement dit, la tropopause est une altitude où la température atteint généralement un minimum. Dans certains cas particuliers, la température baisse à nouveau avec l’altitude au-dessus de la tropopause, puis augmente avec l’altitude, formant ainsi une deuxième tropopause. Dans de rares cas, une troisième tropopause peut se former. Nous ne considérons ici que la première tropopause. La hauteur de la tropopause (H) varie considérablement dans l’espace et dans le temps. En général, elle est la plus élevée sous les tropiques et diminue avec la latitude.

Continue reading

On pourrait s’attendre à ce que les mesures non linéaires soient confondues, mais ont-elles une place dans une hiérarchie de modèles statistiques

– Par Rick Danielson Jr –

Un statisticien et un physicien discutaient d’une expérience autour d’une théière, lorsque cet échange hypothétique eut lieu : « Je sais que nous travaillons dans les bonnes unités, mais pensez-vous que certaines de nos mesures sont non linéaires? » Perplexe, le physicien prend une gorgée avant de répondre : « Vous voulez dire que des mesures individuelles pourraient être non linéaires? Est-ce que ça existe? »

Continue reading

Pour les numéros précédents allez à la page Archives sur le site principal.

© 2017 Société canadienne de météorologie et d’océanographie

Designed & powered by Creative Carbon