Prévisions saisonnières de l’hiver arctique 2020-2021: Glace de mer

– Par des contribueurs de l’Environnement et Changement climatique Canada, l’Université du Québec à Montréal, l’Institut de l’Arctique et de l’Antarctique, l’Institut météorologique norvégien, l’Institut météorologique finlandais, l’Organisation météorologique mondiale, , le Centre de prévision du climat de l’Agence américaine d’observation océanique et atmosphérique, et le Centre de recherche international de l’arctique. –

.

Déclaration de consensus du Forum sur le climat de l’Arctique

Continue reading

Une entrevue avec océanographe Susan Allen à propos de la mer des Salish

Marek : Bonjour, je m’entretiens aujourd’hui avec la professeure Susan Allen de la faculté des sciences de la Terre, des océans et de l’atmosphère de l’Université de la Colombie-Britannique sur l’un de ses nombreux sujets de recherche : la mer des Salish. Qu’est-ce que la mer des Salish? Pouvez-vous me la décrire?

Susan : Si je ne me trompe pas, la mer des Salish n’est pas un terme officiel de géographie et n’a donc pas de définition officielle. Par exemple, j’ai lu un article récemment dans lequel la mer des Salish ne comprenait que Puget Sound et une petite partie du détroit de Juan de Fuca; c’est la plus petite superficie que j’ai vue pour cette mer. Selon moi, la mer des Salish commence à l’embouchure du détroit de Juan de Fuca, couvre tout Puget Sound, tout le détroit de Georgie et va jusque dans une partie du détroit de Johnstone. Sur la plupart des cartes que j’ai vues, la mer s’arrête à peu près à l’extrémité nord du détroit de Georgie.

Continue reading

Le défi d’assurer la survie du saumon rouge du fleuve Fraser dans un contexte de réchauffement planétaire

– Par David Levy –

Cet article est d’abord paru dans le journal The Province le 13 septembre 2020.

Opinion : Le ministère des Pêches a fait la bonne chose cette année en décrétant la fermeture de la pêche au saumon rouge du Fraser.

Le retour d’à peine 283 000 saumons rouges du fleuve Fraser en 2020, le nombre le plus faible jamais enregistré, a encore une fois soulevé des préoccupations envers cette espèce de saumon emblématique, entraînant un débat sur les causes de son effondrement et reconnaissant le besoin essentiel de se doter de stratégies de conservation efficaces.

Continue reading

Message du président de la SCMO: Planification du Congrès virtuel de Victoria 2021

– Par Marek Stastna, Président de la SCMO, et professeur du département de mathématiques appliquées, l’Université de Waterloo –

Après une période estivale glorieuse et sans humidité, mon été dans le sud de l’Ontario s’est littéralement terminé sur un coup de tonnerre. Le 7 septembre, vers cinq heures du matin, la foudre a frappé si près de ma maison que je n’ai pu faire le compte entre l’éclair et le retentissement du tonnerre.

Continue reading

Nomenclature proposée pour les colonnes de feu tourbillonnantes

Par Patrick McCarthy et Leanne Cormier


Traditionnellement, les services de lutte d’incendies de forêt utilisaient le terme « tornade de feu » pour décrire les colonnes de feu de toute taille. Cormier (2013) résume l’étymologie du terme anglais firewhirl (tourbillon de feu) et mentionne certaines variantes comme fire devil (feu du diable), fire whirlwind (avec ou sans trait d’union) (vent d’incendie) et fire swirl (tornade enflammée).

Continue reading

Perspectives climatiques saisonnières d’été pour les températures et la précipitation dans l’Arctique 2020

– Par des contributeurs d’Environnement et Changement climatique Canada, the Arctic and Antarctic Research Institute, the Hydrometeorological Centre of Russia, The Norwegian Meteorological Institute, Finnish Meteorological Institute, World Meteorological Organization, Climate Prediction Center, et National Oceanic and Atmospheric Administration –

CONTEXTE

Le rythme d’augmentation des températures dans l’Arctique est plus de deux fois supérieur à la moyenne mondiale. Depuis les quatre dernières années (2016 à 2019), les températures annuelles de l’air à la surface dans l’Arctique (60°–85°N) ont été les plus chaudes de la série chronologique d’observations pour la période de 1936 à 2019.

Continue reading

Note concernant les prévisions de chutes de neige du radar d’ECCC et les données radar

Par Diar Hassan (Wood PLC, Ottawa ON), George Isaac (Weather Impacts Consulting Inc., Barrie ON), Peter Taylor (York University, Toronto ON), Daniel Michelson (Environnement et Changement climatique Canada – ECCC), et Norman Donaldson (ECCC).

C’est un fait qu’il neige souvent à Terre-Neuve-et-Labrador, mais le 17 janvier 2020, la situation a été un peu extrême (figure 1). Les rapports METAR de l’aéroport de St John’s, CYYT, révélaient une chute de neige de 35 cm entre 1200 et 1800 UTC et une accumulation additionnelle de 19 cm dans les six heures suivantes. Ces mesures de l’épaisseur de neige concordent avec de nombreuses autres dans la région.

Continue reading

Prévisions saisonnières estivales 2020 de la glace de mer arctique

– Par des contributeurs de l’Environnement et Changement climatique Canada, l’Université du Québec at Montréal, l’Institut de l’Arctique et l’Antarctique, le Centre hydrométéorologique de Russie, l’Institut météorologique norvégien, l’Institut météorologique finlandais, l’Organisation météorologique mondiale, le Centre de prévision du climat, et l’Agence américaine d’observation océanique et atmosphérique –

Déclaration de consensus du Forum sur le climat de l’Arctique (suite)

Faits saillants

L’état des glaces inférieur à la normale à près de la normale pendant l’hiver 2019-2020 partout en Arctique est le résultat, entre autres, de températures de l’air en surface supérieures à la normale au-dessus de l’Eurasie et de l’océan Arctique.

Continue reading

Variables micrométéorologiques et modélisation de la dispersion atmospherique dans deux regions climatiques au Québec

– By Richard Leduc, Ph.D., AirMet Science Inc., and Jean-François Brière, Ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques

Le modèle de dispersion AERMOD de l’US-EPA (2019a) est largement utilisé pour évaluer la concentration des contaminants dans l’air ambiant suite aux émissions d’une source. À cette fin, le modèle AERMOD requiert des variables micrométéorologiques caractérisant la turbulence (u*, w*, L, zic, zim); elles sont calculées par le module AERMET et obtenues à l’aide de données locales de surface (vent, température et opacité de la couverture nuageuse) et en altitude;

Continue reading

Pour les numéros précédents allez à la page Archives sur le site principal.

© 2017 Société canadienne de météorologie et d’océanographie

Designed & powered by Creative Carbon